Libre accès aux publications scientifiques: de l’accessibilité à la compréhension des résultats de recherche

Les organismes fédéraux de financement de la recherche que sont le CRSH, le CRSNG et les IRSC ont récemment fait paraitre une nouvelle politique sur le libre accès aux publications de recherche. Son objectif consiste à accroître l’accès aux résultats des travaux de recherche financés, ainsi que la diffusion et l’échange de ces résultats. Concrètement, le titulaire d’une subvention octroyée à partir du 1er mai 2015 devra s’assurer qu’un article qu’il publie dans une revue attestant de la rigueur des travaux menés (revue avec comité de lecture) soit accessible gratuitement dans les 12 mois suivant sa publication.

Il faut accueillir l’arrivée de cette politique de façon positive puisqu’elle contribuera à accentuer l’accessibilité aux résultats issus de la recherche à quiconque s’y intéresse. Il faut savoir qu’historiquement, plusieurs revues exigent des frais pour accéder aux articles publiés. Un tel mode d’accès payant renferme un paradoxe du fait qu’une proportion importante du processus de production des connaissances scientifiques est financée à partir de fonds publics. On peut alors se demander pourquoi on devrait défrayer d’autres coûts pour accéder à son produit.

Si l’on peut se réjouir de l’arrivée de la politique sur le libre accès des organismes fédéraux, il faut se rappeler que l’accessibilité des articles scientifiques ne rime pas systématiquement avec la compréhension de leurs résultats. Pour faire un pas de plus vers la démocratisation de la recherche, il importe aussi d’encourager les chercheurs à prendre part à des initiatives de vulgarisation de leurs travaux, que ce soit auprès de publics professionnels ou du grand public. Si des incitatifs et des moyens existent déjà à cette fin, et que certaines disciplines possèdent une tradition plus marquée que d’autres, il n’en demeure pas moins que, globalement, il s’agit d’une pratique qui est moins reconnue que les initiatives s’adressant en premier lieu aux spécialistes de la discipline concernée.

Pourtant, il y a là un enjeu crucial concernant la contribution sociale de la recherche. D’un point de vue macroscopique, s’il est indubitable que les sociétés qui investissent de façon importante en recherche sont « en santé », il n’est pas toujours aussi évident que les citoyens se sentent interpellés, dans leur individualité, par les résultats de la recherche. Un des motifs en cause est d’ordre linguistique. En effet, encore faut-il comprendre ce qui nous accessible. Or, le jargon spécialisé – s’il trouve sa pertinence au sein d’une communauté de chercheurs – a plutôt tendance à rebuter le profane et, ce faisant, à l’éloigner de la recherche; même s’il est concerné par le sujet. Dit autrement, une accessibilité imperméable au plan de la compréhension risque grandement de devenir caduque. Voilà pourquoi la nouvelle politique sur le libre accès, bien qu’elle soit un pas important, demeure… un pas. Vers un objectif davantage inclusif au plan social.

Stéphane Allaire
@ytsejamer
Université du Québec à Chicoutimi

Rapport de la recherche-action « Écrire ensemble au primaire »

Le rapport scientifique (français et anglais), le résumé et l’article promotionnel de la recherche-action « Écrire ensemble au primaire: interventions des enseignants et stratégies d’écriture des élèves » sont maintenant disponibles ici.

Nous remercions les enseignants participants, le FRQSC ainsi que le MELS d’avoir rendu possible la réalisation de cette recherche.

Participation à l’ACFAS 2013

Le congrès annuel de l’ACFAS débutera demain et des membres de Afford@nce y participeront. Vincent Gagnon présentera des résultats de son mémoire de maitrise dans le cadre d’un colloque portant sur l’apprentissage de l’art de penser à l’école. Stéphane Allaire est un des organisateurs du colloque « Innover dans la tradition de Vygotsky ». Ce colloque, qui a lieu lundi et mardi, se clôturera par le lancement d’une nouvelle revue scientifique et professionnelle, la Revue internationale du CRIRES: innover dans la tradition de Vygotsky.

Bon ACFAS à toutes et à tous!

Participation à l’AQUOPS 2013

Sophie Nadeau-Tremblay (enseignante, CS De La Jonquière), Stéphane Allaire (professeur, UQAC), et Marie-Pier Allard (stagiaire en enseignement, UQAC) participent à l’AQUOPS avec une présentation intitulée « Écrire ensemble avec le Knowledge Forum pour apprécier des oeuvres littéraires ».

Diaporama [PDF]

Guide d’appréciation d’oeuvres littéraires [PDF] (Sophie Lavoie)

Bibliographie d’oeuvres littéraires de jeunesse [PDF] (Sophie Nadeau-Tremblay)

Site web de l’École en réseau

 

Dépôt final du mémoire de Vincent Gagnon

Vincent Gagnon a procédé cet après-midi au dépôt final de son mémoire de maitrise intitulé « L’incidence d’échafaudages rigides de pratiques critiques sur l’approfondissement d’un discours écrit collectif asynchrone ». Version PDF à venir… Félicitations!

Écriture et coélaboration de connaissances

À la suite d’une entrevue accordée par Stéphane Allaire et Sophie Nadeau-Tremblay (enseignante à la Commissions scolaire De La Jonquière), le Réseau d’information sur la réussite éducative (RIRE) a récemment publié un texte intitulé « La coélaboration de connaissances: une manne d’idées pour écrire ». On peut consulter le texte ici.

Rencontre de suivi du FRQSC / MELS

Afford@nce participera lundi à la rencontre annuelle de suivi du FRQSC / MELS dans le cadre du Programme de recherche en écriture. Ce sera l’occasion de présenter l’état d’avancement des travaux du projet « Écrire ensemble au primaire à l’aide du Forum de coélaboration de connaissances: interventions d’enseignants et stratégies d’écriture d’élèves ».